La Route du Rhum 2022

Avec un départ décalé de trois jours à cause de la météo, une première dans l’histoire de la Route du Rhum, cette transat en solitaire a finalement pris son départ mercredi 9 novembre à 14h15. Sur la ligne de départ, il y avait 8 engagés chez les Ultims et autant en Ocean Fifty. 37 IMOCA, catégorie dans laquelle concourt Giancarlo Pedote, 55 Class40 ainsi que 16 en Rhum Multi et 14 en Rhum Mono.

L’histoire de la Route du Rhum

A l’origine, la Route du Rhum a été créée en réponse à la limitation de la taille maximale des bateaux pour la Transat Anglaise de 1976. En effet, l’épreuve n’impose aucune limite de taille pour les navires. Ce sont donc 38 bateaux qui prennent le départ de la course en 1978. Cette course transatlantique devient mythique par la diversité des classes, à peine un quart des marins sont sur des bateaux de course. On note également un mélange des genres, grandes figures de la voile, professionnels et amateurs sont au départ de cette 12ème édition de la Route du Rhum.

Edition 2022

Giancarlo Pedote s’est lancé dans cette course mythique à bord de l’IMOCA de Prysmian Group. Il nous explique le détail de sa préparation dans son interview: « je navigue, donc je vais passer plusieurs jours en mer. Sinon je fais du sport, de la voile notamment. Je pratique plusieurs autres sports comme, par exemple, la natation en piscine ou en mer, l’hiver, je vais faire du ski. Je peux faire également de la plongée en apnée, je joue au golf. Je cherche à faire beaucoup d’activités à côté pour trouver d’autres approches liées à l’endurance. ».

En effet, prendre le départ de la Route du Rhum demande une condition physique de sportif de haut niveau puisqu’il s’agit d’une course sans escale et en solitaire. Multiplier les manœuvres, le peu de sommeil et de temps pour manger demande de l’endurance et de l’entrainement. 

Et son endurance a été mise à rude épreuve car au troisième jour de la course, la J2, la voile intermédiaire de son bateau s’est coupée en deux et a obligé le skipper à utiliser sa J3 jusqu’à la fin de sa course. Une perte de vitesse et une petite frayeur qui n’ont pas empêché Giancarlo Pedote de poursuivre sa course et d’arriver à Pointe-à-Pitre mercredi 23 novembre à 1h47 (heure locale), en 16ème position.

Jusqu’à la fin de sa course, Giancarlo s’est bien battu pour terminer sur une belle note, comme il le précise dans l’un de ses comptes-rendus, à quelques jours de l’arrivée : « J’approche de la Guadeloupe, j’ai hâte d’arriver. J’ai beaucoup de retard sur le paquet de tête donc je vais faire au mieux, pour terminer sur une belle note. Je me sens bien à bord de mon bateau. La bagarre entre Thomas et Charlie* est sympa à regarder. Les vitesses sont proches, il va y avoir un joli match jusqu’à la fin. ».

13 jours en mer, c’est le temps qu’a mis Giancarlo Pedote pour rejoindre la Guadeloupe à bord de son IMOCA, soit 3542 milles nautiques. Il se classe 16ème dans la catégorie des IMOCA et arrive 1 jour 22 heures 56 minutes et 25 secondes après le vainqueur. Bravo Giancarlo pour cette belle course !

*Thomas Ruyant est à bord du LinkedOut et Charlie Dalin est sur le bateau Apivia.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *