CAPAPLASER : un projet d’investissement pour la production du P-Laser

Le groupe Prysmian investit 61 millions d’euros sur son site de Gron et obtient un soutien public de 5 millions d’euros dans le cadre de France 2030 :

Retour sur le rôle clé des acteurs de la région Bourgogne Franche Comté pour faciliter la mise en œuvre de ce projet majeur.

Le 15 mai 2023 s’est tenu le 6ème sommet Choose France. Ce rendez-vous annuel devenu incontournable s’attache à promouvoir l’attractivité économique de la France auprès d’investisseurs internationaux. Il s’inscrit cette année dans une double ambition d’accélération de la réindustrialisation de la France et de transition vers une industrie verte. Deux priorités nationales auxquelles répond parfaitement le projet CAPAPLASER du groupe Prysmian, qui a bénéficié d’un appui exceptionnel de la part de ses partenaires territoriaux de Bourgogne-Franche-Comté. Leur intense mobilisation a en effet été déterminante pour permettre au projet d’aboutir en un temps record, avec à la clé, dans le cadre du programme France 2030, un soutien public de plus de 5 millions d’euros.

Le projet CAPAPLASER est le « nom de code » qui désigne un important programme d’investissements porté par le groupe Prysmian, leader mondial de l’industrie du câble. Il a pour ambition de créer sur son site de Gron dans l’Yonne, de nouvelles capacités de production pour son câble électrique à Très Haute Tension de courant continu nommé « P-Laser », destiné aux réseaux de grand transport d’électricité. Il s’agit également d’un câble faisant intervenir une technologie innovante, à l’empreinte carbone réduite et dont la particularité est d’être le seul câble recyclable du marché.

Pour réussir ce projet d’envergure et sécuriser l’investissement par un soutien financier du Gouvernement dans le cadre de France 2030, les acteurs du territoire de Bourgogne Franche Comté se sont fortement mobilisés pendant plus d’un an aux côtés du groupe Prysmian. Jean-Claude Lagrange, Président de l’Agence Économique Régionale de Bourgogne-Franche-Comté (AER BFC), Conseiller régional et Maire de Sanvignes-les-Mines (Saône-et-Loire), Nicolas Soret, Vice-Président en charge des finances, du développement économique, de l’ESS et de l’Emploi au conseil régional de BFC, Maire de Joigny (Yonne) et Président de la Communauté de Communes du Jovinien et Marc Botin, Président de la Communauté d’Agglomération du Grand Sénonais et Maire de Dixmont (Yonne) nous en parlent :

Pouvez-vous nous rappeler le contexte dans lequel cette collaboration s’est mise en place ?

Jean-Claude Lagrange

Ce projet a dans un premier temps été détecté par Business France, avec qui l’Agence Économique Régionale (AER) de Bourgogne-Franche-Comté (BFC) travaille en étroite collaboration pour accompagner les projets qui proviennent de l’extérieur. Il faut souligner que, grâce à ce partenariat exclusif, la Région Bourgogne Franche Comté (BFC) est la 5ème région française en matière d’attractivité des investissements étrangers. L’AER Bourgogne-Franche-Comté se tient aux côtés des entreprises pour accompagner leur développement sur le territoire de manière durable, les intégrer dans des dispositifs mis en place par la Région mais aussi par ses partenaires.  Cet écosystème, qui s’appuie sur le collectif, est un levier d’attractivité puissant vis-à-vis des investisseurs étrangers.

Nicolas Soret

Un comité de pilotage s’est mis en place sous l’égide du Sous-Préfet de Sens, Rachid Kaci. Cette instance, qui s’est réunie tous les deux mois pendant plus d’un an, a rassemblé tous les acteurs de l’État et de la Région qui ont accompagné le projet. Un mode de fonctionnement qui a permis à la fois de coordonner et structurer les actions et de jouer un rôle important de facilitateur dans le traitement des différentes procédures nécessaires au projet. Étaient ainsi représentés les services de l’État (DREAL, DREETS), le Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté, l’ADEME, la Communauté d’Agglomération du Grand Sénonais, Pôle emploi et Bpifrance. L’Agence a également participé au comité de pilotage, permettant l’accompagnement du projet et la coordination des actions publiques. Bien entendu, des représentants du groupe Prysmian étaient présents lors de ces réunions.

Marc Botin

J’ai eu la chance de participer au comité de pilotage dès la réunion de lancement. En effet j’accompagnais à l’époque, en tant que Vice-Président de la Communauté d’Agglomération, la Présidente Marie-Louise Fort, qui nous a malheureusement quitté fin septembre 2022. J’ai alors été élu pour prendre sa suite, ce qui m’a permis de continuer à accompagner ce beau projet jusqu’à son aboutissement.

Quand on parle de rôle clé des partenaires territoriaux dans le projet du groupe Prysmian, de quoi parle-t-on exactement ?

Jean-Claude Lagrange

La mission de l’AER Bourgogne-Franche-Comté est la mise en œuvre d’une partie de la stratégie du développement économique de la région. Ses principaux objectifs sont d’accompagner aussi bien le maintien que le développement de l’activité économique et de l’emploi sur la Bourgogne-Franche-Comté ou encore de soutenir l’innovation et la Transition écologique.

Dans le projet porté par Prysmian, l’AER Bourgogne-Franche-Comté a joué un rôle important de « facilitateur ». A ce titre, l’Agence a grandement facilité les contacts avec l’ADEME au niveau national pour que le dossier soit plus rapidement pris en compte. Les appels à projet en matière de décarbonation sont nombreux et il n’est pas toujours facile de trouver le bon chemin pour les promouvoir. En l’occurrence l’ADEME est un partenaire privilégié de l’Agence. C’est essentiel quand on connait l’importance des autorisations à obtenir dans des projets d’évolution de la production et d’augmentation des surfaces couvertes par les bâtiments.

Une des grandes forces de l’agence est aussi de savoir fonctionner en mode projet, ce qui permet d’éviter bien des aller-retours avec différents partenaires et ainsi, de pouvoir se féliciter de certains succès : sur 650 projets français ou étrangers soumis en 2022, 81 ont abouti, ce qui représente 2 350 emplois créés ou maintenus.

Marc Botin

Notre rôle et notre mission, de manière générale, est d’œuvrer pour le développement et l’attractivité de notre territoire. Le projet de Prysmian, à Gron, nous tient particulièrement à cœur car, en plus de générer de l’activité et des emplois, il permet le développement de toute une économie locale autour de l’entreprise, de la zone industrielle où elle est implantée, du port fluvial de Gron et bien sûr, autour de l’accueil des nouvelles familles qui s’installeront. Notre rôle a consisté à faciliter au maximum et à accélérer les nombreuses démarches inhérentes à l’installation de nouveaux bâtiments et au développement de nouvelles lignes de production : en moyenne, les délais ont été réduits de moitié grâce à l’intervention de tous les acteurs réunis autour de la table !

Nicolas Soret

Le champ d’accompagnement des acteurs territoriaux est large et couvre l’ensemble des volets du projet, qu’ils soient financiers, règlementaires, environnementaux ou encore sociaux. Les enjeux financiers sont bien sûr très importants et une bonne compréhension du projet était indispensable pour établir le meilleur schéma d’ingénierie financière.

C’est aussi un projet pour lequel plus de 60 recrutements sont en jeu, ce qui nécessitait l’intervention des acteurs du recrutement et de la formation aux niveaux local, départemental et régional, avec des spécialistes de très bon niveau et motivés. Cela va de pair avec la formation car bien sûr, les formations doivent avant tout répondre aux besoins des entreprises.

D’après nos interlocuteurs de Prysmian, aujourd’hui un bon tiers des embauches prévues en production, maintenance et qualité sont dans un processus d’évaluation finale et environ 15% sont concrétisées.

Quels éléments vous ont convaincus d’accompagner le projet de Prysmian ?

Nicolas Soret

Tout d’abord, nous connaissons bien Prysmian, un acteur industriel majeur présent sur le territoire du Grand Sénonais depuis 1978. Ce projet structurant, qui pérennise le site de Gron comme Centre d’Excellence de câbles d’énergie moyenne, haute et très haute tension, confirme l’ancrage fort de Prysmian Group dans la région.

Marc Botin

Le projet de Prysmian a été très mobilisateur. Nous sommes fiers et très heureux de la présence d’une telle entreprise, performante, en bonne santé et qui investit autant sur le territoire du Grand Sénonais. C’est un signe de confiance dans le dynamisme de notre territoire, qui est d’ailleurs le seul de la région à avoir une démographie en croissance. Un tel projet ne peut qu’inspirer d’autres industriels à venir s’installer chez nous, d’autant plus que notre territoire dispose de nombreux atouts, à commencer par sa proximité géographique avec la région parisienne.

Jean-Claude Lagrange

L’AER Bourgogne-Franche-Comté travaille sur l’identification des entreprises régionales à capitaux non régionaux (lieux de décision en France ou à l’étranger), à fort potentiel d’emplois en région, innovantes, à fort développement : des critères auxquels répond particulièrement bien le projet du groupe Prysmian. En matière d’emploi, au-delà des plus de 60 embauches directes prévues, le projet aura beaucoup de retombées positives pour la région. En effet, on estime à 20 à 25 millions d’euros le budget dont pourraient bénéficier les acteurs locaux.

C’est donc tout naturellement que je me suis impliqué personnellement, dès le début, pour permettre à ce projet innovant, créateur de valeur et d’emploi, d’aboutir dans les meilleurs délais possibles.

Le fait que le projet mette en œuvre une technologie innovante en matière de transition écologique a-t-il été important dans votre choix de lui apporter votre soutien ?

Nicolas Soret

Bien sûr : ce projet s’inscrit parfaitement dans la feuille de route de décarbonation de la région. En effet, cette nouvelle offre industrielle pour la production de câbles électriques à très haute tension cible le développement des connexions des énergies renouvelables aux réseaux en France et en Europe. Elle met aussi en œuvre une technologie innovante, qui permet l’utilisation pour les câbles d’isolant recyclable et un processus de production plus court, avec une empreinte carbone réduite.

Marc Botin

Le projet de Prysmian met en œuvre une innovation qui m’a littéralement « bluffé ». Les investissements réalisés ont des objectifs importants pour limiter l’impact environnemental. Nicolas Soret évoquait le fait que le câble soit le seul recyclable du marché, produit avec un impact carbone réduit, il faut aussi citer le flux logistique. En effet, grâce au port de Gron, le transport des câbles se fait par voie fluviale, 4 fois moins émissif de CO2 que par la route.

Jean-Claude Lagrange

L’AER Bourgogne-Franche-Comté est un acteur clé de la mobilisation régionale en faveur de la transition énergétique et de la décarbonation de l’industrie. Prysmian est l’unique acteur français dans le domaine des câbles électriques à très hautes tensions innovantes. Il est donc vital de pérenniser sur notre territoire ce savoir-faire indispensable à la sécurisation de la chaîne de valeur de l’électricité et à l’indépendance énergétique de la France.

Que retenez-vous de cette opération ?

Marc Botin

En tant qu’élus, nous avons conscience que, pour soutenir le développement économique du territoire, nous avons une responsabilité de soutien vis-à-vis des entreprises. C’est pourquoi je retiens particulièrement le fait que ce vrai échange entre l’entreprise et les différents acteurs du territoire a permis le succès de ce projet.

Un tel investissement en une seule fois n’arrive pas tous les jours. Pour nous, cela signifie que l’entreprise croit en ce territoire, en son développement. C’est important car cela montre que le Grand Sénonais est un territoire en mouvement, ce qui pourrait inspirer de futurs investisseurs.

Jean-Claude Lagrange

L’ADN de la région Bourgogne Franche Comté est très industriel : nous avons 10 territoires d’industrie, avec un taux d’emploi industriel supérieur à 10%, ce qui est au-dessus de la moyenne nationale. L’AER Bourgogne-Franche-Comté fait face à des défis importants en matière de transition écologique et énergétique. Ces enjeux sont le moteur de nos actions pour développer des filières industrielles d’excellence. Ma conviction, c’est que, dans le domaine économique, les élus doivent être des partenaires, mais ce ne sont pas eux qui créent les usines ni les emplois. C’est pourquoi je me réjouis que le partenariat avec Prysmian ait permis de faciliter la mise en œuvre de ce beau projet.

Nicolas Soret

La collaboration entre l’entreprise et les services de l’Etat et de la Région a été remarquable. Cela montre la volonté politique et une capacité à mobiliser les outils publics qui accompagnent les entreprises. Ce projet, en accord avec les ambitions de décarbonation de l’industrie, est également une preuve de la capacité de la région Bourgogne-Franche-Comté à attirer les investissements dans des domaines stratégiques comme l’énergie.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *