2023, cap renforcé sur la transition énergétique pour Prysmian Group

Après la succession des crises de ces dernières années, 2023 confirmera, sans aucun doute, l’implication du groupe Prysmian dans la transition énergétique. Après la transformation numérique et la fibre, les projets liés à décarbonation de l’énergie (câbles à très haute tension, câbles spéciaux dédiés au nucléaire…,) sont désormais un axe de développement majeur pour l’industriel et ses usines françaises.

Les 3 dernières années ont conduit le groupe Prysmian à faire preuve de réactivité sur tous les fronts. Crise sanitaire, pénuries des matières premières, inflation des prix, crise énergétique… malgré ce climat d’incertitudes, le groupe a su s’adapter et renforcer sa position dans la transformation numérique du territoire en accompagnant notamment le raccordement à la fibre de tous les utilisateurs finaux en France.

Du côté de la production, en 2022, les volumes ont légèrement progressé par rapport à l’année précédente. Les usines de Gron (dans l’Yonne) et Montereau (en Seine et Marne) ont notamment produit à plein régime des câbles très haute tension (525 000 volts) à courant continu pour satisfaire le très gros marché des German Corridors (ou couloirs allemands).

Pour 2023, même s’il est déjà fortement probable que la conjoncture de 2023 sera moins favorable en termes de volumes pour les usines sur le marché général, les projets de câbles spéciaux et ceux liés à la transition énergétique continueront d’alimenter fortement l’activité du groupe.

« La transition énergétique est l’axe fort des prochaines années » a d’ailleurs rappelé Laurent Tardif, CEO Prysmian Group Europe du Sud lors de la Soirée des Vœux du Groupe qui a eu lieu le 19 janvier dernier. « Voitures, bâtiments, bateaux, camions, industrie, demain, tout sera de plus en plus électrique dans un monde qui veut se décarboner. C’est l’assurance que nous allons pouvoir continuer à investir pour la transition énergétique ».

De nouveaux projets d’interconnexion, du même type que celui des German Corridors, sont d’ailleurs déjà en cours. Plus de 55 millions d’euros vont à cet effet, être investis à Gron sur une nouvelle ligne entièrement dédiée à la production de câbles à très haute tension. L’installation de cette nouvelle ligne permettra de créer plus de 70 postes en 2023-2024.

Une autre des conséquences de la nécessité de produire une énergie décarbonée est la reprise du secteur des câbles spéciaux dédiés au nucléaire. Les centrales françaises sont déjà toutes équipées par le groupe Prysmian. De nouveaux projets, dans le cadre du plan de relance de la filière nucléaire décidé par le Gouvernement, sont d’ores et déjà prévus.

Qui dit transition énergétique, dit lutte contre le changement climatique. Un sujet dans lequel le groupe est déjà très engagé. Engagement qui vient d’ailleurs d’être récompensé grâce à l’obtention de la note « A- » au classement CDP (Carbon Disclosure Project, c’est une organisation qui publie des données sur l’impact environnemental des plus grandes entreprises.) en 2023, le groupe poursuivra ses actions en matière de décarbonation et plus largement en matière de RSE.

Pour revoir l’ensemble de l’intervention de M. Tardif, RDV ici

2023, un nouveau président pour Prysmian Europe du Sud

2023 sera également l’occasion pour Laurent Tardif, CEO Europe du Sud de passer la main au 1er mars prochain à Marcello Del Brenna, actuellement CEO Prysmian de la zone Royaume-Uni.

Laurent Tardif devient Conseiller Stratégique auprès du Président Valerio Battista à Milan, pour le Groupe au niveau mondial.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *